Axe 4 : Représentation et traitement de la langue dans une perspective « Lifespan » (resp. T Nazzi-LPP Paris 5)

L’axe 4 a été proposé pour stimuler la recherché et créer de nouvelles synergies dans le domaine du traitement du langage, prenant en compte une perspective lifespan. Il a pour but de construire des ponts entre la psycholinguistique, la linguistique et la psychologie

développementale. Alors que l’axe s’intéresse essentiellement à l’acquisition du langage, il explore également des questions liées au vieillissement, et à la formation de langues (en lien avec l’étude des créoles). Nous étudions l’acquisition de divers aspects du langage, en lien avec l’axe 1 (phonétique/phonologie), l’axe 2 (morphologie/syntaxe) et l’axe 7 (sur des aspects plus méthodologiques). Ces nouvelles collaborations ont permis de créer de nouveaux liens entre chercheurs des Universités Paris 3, 5 et 7, qui utilisent différentes approches pour étudier des phénomènes liés (comme, par exemple, entre les psycholinguistes intéressés par l’acquisition du langage et les phonéticiens intéressés par les productions adultes).

Le but principal de nos recherches est d’identifier les contraintes sur le développement cortical sous-tendant l’acquisition du langage, le rôle des propriétés langue-générales, le rôle des propriétés spécifiques à la ou les langue(s) maternelle(s), et la dynamique des interactions entre contraintes endogènes du développement cortical et input environnemental. Différents niveaux de traitement (auditif, phonologique, lexical, syntaxique…) et leur intégration sont explorés, en utilisant différentes méthodes comportementales et d’imagerie (ERPs, NIRS). Nous nous intéressons à un large éventail de population : nourrissons/enfants au développement typique ; adultes ; populations au développement atypique : enfants sourds implantés, enfants prématurés, enfants ayant un trouble du développement (dyslexie, syndrome de Williams, …).

Notre recherché a donné lieu à des découvertes innovantes. Nous avons spécifié certains des mécanismes précoces impliqués dans l’acquisition orale (dès la naissance) et écrite (à partir de l’école primaire) du langage, et nous avons commencé à identifier leurs bases neurales (en utilisant l’EEG et la NIR). Promouvant une approche comparative, nos résultats ont des implications importantes pour les modèles d’acquisition et de traitement du langage. Notre travail a aussi contribué à une meilleure compréhension de l’acquisition et du traitement du langage par les bilingues, mettant en évidence des avantages précoces et spécifiant les liens entre les deux systèmes linguistiques. Notre travail porte sur de nombreuses langues (incluant des langues non-européennes), avec un intérêt particulier pour les créoles (peu étudiés par ailleurs). Finalement, nos recherches sur le développement atypique permettent d’identifier les déficits de traitement/représentation dans ces populations, une étape en vue de l’élaboration de techniques de remédiation appropriées.

Pour donner quelques exemples, notre travail a montré que certains biais de traitement précoces (et leurs bases neurales, mises en évidence par la NIRS) impliqués dans le traitement prosodique sont déjà modulés à la naissance par l’expérience langagière prénatale (monolingue ou bilingue). Des études sur les déterminants de la dyslexie (dans le cadre de la théorie allophonique) ont conduit à l’élaboration de logiciels de remédiation disponibles sur smartphones. Notre travail sur la syntaxe des créoles ont conduit à la réalisation des premières études sur la perception de la parole par des enfants/adultes locuteurs de langues créoles.

Depuis le démarrage du LABEX, l’axe 4 a produits de nombreuses publications (25 articles évalués par des pairs, et environ 20 chapitres de livre et actes de colloque pour l’année 2016).

Douze étudiants en thèse et 7 chercheurs postdoctorants ont directement travaillé aux projets de l’axe 4 pendant ces années. Nous avons également accueilli plusieurs professeurs invités (Géraldine Legendre, Johns Hopkins University; Irene Vogel, University of Delaware; Barbara Höhle, Potsdam University), et envoyé ou accueilli plusieurs étudiants sn thèse, allant ou venant de laboratoires étrangers. Avec ces travaux sur l’acquisition du langage, le bilinguisme et les populations au développement atypique, notre recherche a des implications pour l’éducation, une perception plus positive du bilinguisme, et le milieu médical (éducation et remédiation spécialisées).

L’axe s’est fortement impliqué dans des actions de valorisation en direction du grand public.


OLA : Acquisition du langage oral

WLA : Acquisition du langage écrit (resp. L. Sprenger Charolles)

  • WLA3 L’utilisation d’informations morphologiques pour apprendre l’orthographe de nouveaux mots (resp. S. Pacton) Lpncog/Mem-cog, LLF, Alpage
  • WLA4 Succès et échecs dans l’acquisition de la lecture (resp. L. Sprenger-Charolles) LPP-P5, Lpncog/Memcog
  • WLA5 Formation et développement d’outils de recherche et d’enseignement (resp. L. Sprenger-Charolles) LPP-P5, Lpncog/Memcog

AA : Acquisition du langage atypique

LD : Interférence et déclin de la langue

  • LD1 Contrôle cognitif, vieillissement et maladie de Parkinson (resp. B. Hemforth, P. Piolino) Lpncog/Memcog, LLF
  • LD3 Émergence et morphosyntaxe des langues créoles (resp. O. Bonami, A. Kihm) LLF, LPP3