Responsable : Emilie Aussant

L’histoire de la description des langues du monde peut être considérée comme une vaste entreprise d’adaptation plus ou moins réussie d’outils linguistiques initialement forgés pour décrire ou représenter une (très) petite poignée de langues : sur les milliers de langues que le monde connaisse, seules quelques-unes ont produit des outils linguistiques « réflexifs » (i.e. des outils qui décrivaient la langue dans laquelle ils avaient été composés) ; c’est le cas de l’arabe, du chinois, du grec et du sanskrit. Sous l’impulsion de Sylvain Auroux, un certain nombre de travaux ont été menés sur le transfert du modèle grammatical latin aux vernaculaires européens et à tout un ensemble de langues « exotiques » – phénomène qu’Auroux nommera la « Grammaire Latine Étendue ». Il s’agit à présent : 1) de documenter très largement les autres cas de « grammaires étendues » ; 2) de mettre à l’épreuve la commensurabilité de ces divers phénomènes de transfert ; 3) de mener une enquête minutieuse sur la terminologie linguistique pour mettre au jour son histoire longue et complexe.