Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/29/d685492632/htdocs/wordpress/wp-content/themes/Divi/includes/builder/functions.php on line 5689
OLA12 semantics | Labex EFL

Dates de début – fin : 2015-2017

Résumé de l’opération :

Jusqu’à récemment, il existait peu de données concernant le moment et la manière dont les enfants monolingues commencent à intégrer les mots dans un système sémantique interconnecté et à développer un système sémantique mature codant les relations entre les mots (par exemple, Arias-Trejo & Plunkett, 2009; Rämä, Sirri & Serres 2013; Sirri & Rämä, 2015). Des données récentes montrent que l’organisation des mots dans la mémoire sémantique à long terme selon des relations taxonomiques ou associatives commence à se développer à la fin de la deuxième année de la vie. Cependant, il n’est pas encore bien établi si le développement lexico-sémantique dépend de l’expérience linguistique. Cette opération vise à étudier le développement du système lexico-sémantique chez les enfants bilingues.

 

Résultats obtenus :

Des données récentes montrent que des liens lexico-sémantiques émergent pendant la deuxième année de vie chez les enfants monolingues. Pourtant, on sait peu de choses sur le développement de l’organisation lexico-sémantique des enfants acquérant deux langues simultanément. Nos résultats montrent que seuls les enfants monolingues présentent un effet d’amorçage sémantique lorsque l’intervalle de temps entre le mot premier et le mot cible est court, tandis que lorsque l’intervalle est long les enfants monolingues et bilingues présentent un effet d’amorçage sémantique. Ceci suggère que les deux groupes linguistiques sont sensibles aux relations taxonomiques entre les mots mais que l’activation du réseau sémantique pourrait être moins automatisée ou plus lente chez les enfants bilingues (Rämä, Sirri & Goyet, 2018). Notre recherche a également montré que les enfants bilingues manifestent une sensibilité aux relations taxonomiques entre les mots dans chacune de leurs langues, mais que le pattern d’activité cérébrale variait d’une langue à l’autre, suggérant que des ressources neurales communes et distinctes sous-tendent le traitement lexico-sémantique dans chaque langue (Sirri & Rämä, 2017).