Dates de début – fin : 2011-2019

 

Résumé de l’opération : 

Ce projet vise à étudier les capacités précoces de perception de la parole chez les enfants nés prématurés. Le but est d’évaluer si le développement langagier est affecté par une naissance prématurée. Les enfants prématurés ont été testés à 6 mois (tâches de segmentation de la parole et de perception audio-visuelle), 8 mois (traitement différentié des consonnes et des voyelles), 11 mois (identification de mots familiers), 14 mois (compréhension de mots) et 18 mois (acquisition morphosyntaxique).

 

Résultats obtenus : 

Concernant la segmentation des mots, nous avons trouvé que les enfants sont capables de segmenter des mots monosyllabiques à 6 mois, indépendamment de leur degré de prématurité, comme les enfants nés à terme de même âge chronologique ou maturationnel (Berdasco-Muñoz, Nishibayashi, Baud, Biran & Nazzi, 2018). Ils peuvent aussi reconnaître des mots familiers à 11 mois (Berdasco-Muñoz, 2017). Par contre, à 8 mois, ces enfants ne regardent pas un visage qui parle de la même façon que les enfants nés à terme, même avec une faible prématurité (Berdasco-Muñoz, Nazzi & Yeung, submitted). Elena Berdasco a soutenu sa thèse en 2017, et cette série d’expériences est en cours de continuation.