J’ai le plaisir de vous inviter à la soutenance de ma thèse intitulée:

Discordances dans l’ellipse périphérique en français
préparée sous la direction de Mme. Anne Abeillé
qui aura lieu vendredi 15 juin à 14h à l’adresse suivante:
Université Paris Diderot, Bâtiment Olympes de Gouges, Salle 115, 8 rue Albert Einstein, 75013 Paris
Composition du jury:
Pr. Anne Abeillé (Université Paris Diderot) – Directrice
Pr. Rui Chaves (SUNY Buffalo) – Rapporteur
Dr. Berthold Crysmann (CNRS & Université Paris Diderot )
Pr. Anne Dagnac (Université Toulouse II – Jean Jaurès)
Dr. Barbara Hemforth (CNRS & Université Paris Diderot) – Présidente du jury
Pr. Shûichi Yatabe (Université de Tokyo) – Rapporteur
La soutenance est publique et sera suivie d’un pot auquel vous êtes également conviés.
Résumé de la thèse:
Cette thèse se centre sur les discordances dans l’ellipse périphérique (RNR) et propose une analyse basée sur l’identité de lexème entre le matériel manquant et le matériel périphérique. Les analyses précédentes accordent de l’importance au syncrétisme, ou identité phonologique (Pullum & Zwicky (1986)). Dans cette thèse, nous contestons cette hypothèse. Nous avons analysé 5 types de discordance dans l’ellipse périphérique : discordances de polarité, de possessifs, de prepositions, de voix et de formes verbales. Nos études de corpus sur Internet, Frtenten 2012 (1.6 milliard de mots) (Baroni et al. (2009)) et  English Web 2013 (19 milliards de mots) montrent l’existence des discordances dans l’ellipse périphérique en français et en anglais. Les discordances sont assez nombreuses même dans des écrits soignés. Dans tous les cas, les discordances sont résolues par la forme qui correspond au conjoint le plus proche. Nos expériences de jugements d’acceptabilité et de mouvements oculaires confirment qu’il convient  d’intégrer les discordances dans la grammaire. Les résultats sont compatibles avec les analyses qui postulent une identité sémantique (et non syntaxique) entre le matériel manquant et l’antécédent pour l’ellipse. Nous proposons une analyse formelle en HPSG. Nous comparons les résultats obtenus avec les cas de coordination lexicale.
Bien cordialement,
Aoi Shiraishi