Présentation

L’École thématique – Université d’été “Représentations du langage et représentations de l’esprit : histoire et épistémologie” a eu lieu du 30 août au 5 septembre 2015 à Hyères (France).

Elle est organisée par le laboratoire d’Histoire des Théories Linguistiques (HTL, UMR 7597), le Labex EFL (SPC) et le laboratoire Structures Formelles du Langage (SFL, UMR 7023), avec le soutien du CNRS, de l’Université Paris Diderot et de l’Université Sorbonne Nouvelle.

Objectifs scientifiques

Cette École réunit historiens, praticiens des sciences du langage, philosophes, psycholinguistes et psychologues afin d’assurer une formation mutuelle et d’engager des discussions sur les rapports entre représentations théoriques de l’esprit et représentations du langage et des langues. Elle est la cinquième organisée par l’UMR 7597 (cf. http://htl.linguist.univ-paris-diderot.fr/biennale/index.htm).

Depuis une période qu’on datera, non sans un certain artifice, des années 1950, la linguistique a tissé de nombreux contacts avec les sciences récemment baptisées « cognitives », voire a été intégrée à l’organigramme de ces sciences. L’une des expressions de cette convergence est l’explosion des recherches en psycholinguistique, qui accompagne une orientation des sciences cognitives vers les processus qu’on pourrait dire «supérieurs» (catégorisation, raisonnement, niveau sémantique de traitement, etc.).

1) De même que la psycholinguistique s’est constituée bien avant que son nom ne se répande et l’identifie comme telle (Levelt 2013), les théories sur l’esprit humain et les idées linguistiques n’ont pas attendu les sciences cognitives pour dialoguer.
 Pour une part, l’École thématique fera le point sur certains points d’orgue « psychologistes » de cette histoire, où s’exprime la recherche d’un fondement mental du langage : les Modistes médiévaux, le « sensualisme » issu de Condillac, la linguistique psychologique de la seconde moitié du 19e siècle, la linguistique générative et cognitive.
 Rendre intelligible la constitution de ces approches, suivre leur postérité, éventuellement la rémanence de certaines questions sont des objectifs centraux.

2) Cette École entend aussi fournir un état de la question sur des recherches actuelles. L’atelier consacré à la neurolinguistique contemporaine permettra d’observer l’évolution de cette discipline dans un contexte où la montée des études expérimentales en linguistique et les progrès de l’imagerie devraient favoriser un rapprochement entre les sciences du langage connexes (neurolinguistique, (neuro-)psychologie du langage et linguistique).

3) Autre champ de constitution récente : l’acquisition du langage. Il s’agit là d’un domaine que la linguistique contemporaine a investi d’enjeux importants et qui fait converger de multiples problématiques.
La question de la modularité est en relation avec d’autres champs, dont deux seront explorés ici : la théorie de l’esprit et la pathologie. La théorie de l’esprit (la capacité à se représenter les états mentaux d’autrui) et la pathologie problématisent inévitablement le cloisonnement des capacités requises pour le traitement du langage et, par conséquent, visent directement le rapport entre faculté de langage et cognition. On s’interrogera enfin sur le rôle de plus en plus important de la « cognition incarnée » dans les recherches (neuro) cognitives et au-delà (robotique, anthropologie, philosophie).

Public concerné

  • Chercheurs, enseignants-chercheurs et ITA en linguistique (tous domaines), histoire des sciences, philosophie, informatique, psychologie, langues et lettres.
  • Étudiants de niveau master et doctorat, français et étrangers, en : linguistique, lettres et langues, histoire des théories linguistiques, histoire, histoire des idées, philosophie.
  • Personnels CNRS, chercheurs et enseignants chercheurs des universités, Écoles doctorales (linguistique, langues et Lettres…).

Objectifs formation

Le dispositif aujourd’hui éprouvé (cinquième édition depuis 2004) fait alterner cours, ateliers de formation et travaux de synthèse. Ce dispositif laisse une large place aux discussions et échanges. La formule « résidentielle » assure une proximité féconde entre des « acteurs » qui sont aussi « publics », et réciproquement a l’avantage d’associer étroitement dans la réflexion chercheurs et enseignants confirmés et doctorants et jeunes chercheurs. Il s’agit d’un dispositif de formation à la recherche.

La formule pédagogique consiste en un dispositif de mutualisation des connaissances et des méthodes qui dépasse les spécialisations en les impliquant. Dispositif de « formation à la recherche et par la recherche » sur un temps court (mais intense), elle permet une participation active de tous : chercheurs confirmés ou débutants, étudiants en formation, collègues aux statuts divers, curieux avides…

Présentations filmées

Lundi 31 août 2015

Émilie Aussant. Ouverture de l’École d’été 2015.

Plénière

Nick Riemer. La linguistique cognitive – histoire matérielle d’une doctrine idéaliste.

Atelier 1 Esprit et langage : de l’Antiquité à l’Âge classique.

Jean-Marie Fournier et Valérie Raby. Analyses linguistiques et opérations mentales dans la grammaire générale.

Hugo David. En quel sens le langage est-il cause de la pensée ? Autour de la notion d’« objet » (artha) de la parole dans la pensée indienne médiévale.

Jean-Patrick Guillaume. Le corps, l’esprit, la parole, quelques aspects de la représentation du langage chez Jāḥiẓ.

Atelier 2 Du sensualisme à la psychologie empirique

Didier Samain. La psychologie empirique et la sémantique des linguistes.

Claudio Majolino. Phénoménologies et psychologies du signe (1830-1908).

Mardi 1er septembre 2015

Plénière

Willem J. M. Levelt. Sleeping beauties. What had to be reinvented in psycholinguistics.

Atelier 1 Esprit et langage : de l’Antiquité à l’Âge classique (suite)

Jean-Louis Labarrière. L’esprit et le langage sont-ils venus aux bêtes dans l’antiquité ? D’Aristote à la polémique entre stoïciens et néo-académiciens.

Laurent Cesalli. le rôle du mental dans la sémantique médiévale.

Martine Pécharman. Des images mentales au langage selon Thomas Hobbes.

Atelier 2 Langage incarné

Barbara Hemforth. Embodied Language

Pia Knoeferle. Language comprehension

Pia Knoeferle. The role of the Body in language processing with cut

Mercredi 2 septembre 2015

Plénières

Jill de Villiers. What kind of thought needs language?

Lia Formigari. L’empirisme et ses opposants. Trois cas d’étude en philosophie du langage.

Jeudi 3 septembre 2015

Plénière

Sylvain Auroux. Les hypothèses cognitives dans les sciences du langage : nécessité et limitations.

Atelier 1 Language and theory of mind

Hazel Pearson. Referential Opacity: from Theory to Experiments.

Stephanie Durrleman, Linguistic Determinism and Autism Spectrum Disorders.

Atelier 2 Psychologie des linguistes/Linguistique des psychologues, à la charnière des xixe et xxe siècles.

Christian Puech. Linguistique des psychologues/psychologie des linguistes à la charnière des XIXème et XXème siècles.

Gabriel Bergounioux. Clinique du langage.

Philippe Monneret. La psychomécanique du langage : une linguistique psychologique ?

Plénière

Antonia Soulez. Une conception de l’intentionnalité sans contenu de représentation, pénétrée d’esprit sans référence à lui.

Vendredi 4 septembre 2015

Plénière

David Caplan. Langage and the Representational Theory of Mind: Psychological and Neurological Considerations.

Atelier 1 Neurolinguistique

David Caplan. Deficits in parsing and interpretation and their neural basis.

Andrea Santi. The role of Broca’s area in syntactic processing.

Asaf Bachrach : Cognitive Neuroscience

Atelier 2 Critique du mentalisme

Jean-Michel Fortis. Sur le mentalisme de la linguistique cognitive : son contexte intellectuel et sa crypto-philosophie.

François Rastier. Subjectivation ou objectivation du sens ?

Nick Riemer. Quatre moyens d’être antimentaliste en sémantique.